motorcycle-casque

Moto : qu’est ce qu’un casque homologué ?

Quand on achète un casque de moto, il faut choisir le modèle le plus récent, mais pas seulement. Après avoir essayé, puis trouvé un casque correspondant aux dimensions de votre tête et vos épaules, il faudra vérifier son homologation. En effet, ce casque de moto fait l’objet de recherches scientifiques poussées afin de trouver un modèle offrant une sécurité maximale. D’ ici là, lisez ce qui suit pour appréhender le processus d’homologation.

Test d’Homologation

L’homologation consiste à réaliser des vérifications sur tous les éléments du casque. Parmi ces tests, il faut absolument vérifier sa capacité à assurer la protection de la mâchoire à cause d’un choc. A la suite de ce test, les chercheurs attribuent une norme selon 4 critères différents qui résultent sur 4 lettres. Ceci résulte sur 4 types de casques différents :

-J s’il s’agit de casques de type jet ou demi-jet, cela signifie une absence de protection au niveau du maxillaire.

-NP  pour les casques modulables ne permettant pas la protection du maxillaire et de la mandibule.

-P  si le casque assure une protection intégrale.

Si vous trouvez un casque avec les initiales J/P, il s’agit du double homologation jet et intégral.

Types de normes

Les casques homologués répondent à deux normes  homologation. Il existe en vigueur sur les casques de moto  avec  une étiquette verte cousue dans le casque. Cette norme est acceptée, mais deviens de plus en plus obsolète. Si vous avez un casque neuf avec cette norme et faites l’objet d’un contrôle routier, le casque ne sera plus toléré.

Cette norme est de type NF (norme française). Sinon, il existe la norme E correspondant à la réglementation tolérée en Europe et en vigueur dans le monde entier. Cette norme est reconnue grâce à une étiquette blanche cousue dans le casque affichant E + un chiffre. Le chiffre correspond à au pays d’homologation.

 

Risques encouruscouple-à-moto

Le choix d’un casque de moto se fait selon plusieurs critères : la norme, la taille, le poids du casque de moto. Il est important que chacun dispose du casque qui le conforte pour s’habituer à le porter, Depuis l’arrêté du 28 juin 1973, rappelons les risques encourus pour les cas de non-port du casque.

  • Retrait de l’autorisation de circuler dans la légalité,
  • Pas de remboursement en cas d’accident.

Malgré tout, si vous roulez en casque mais que ce dernier ne correspond pas aux normes, vous risquez une sanction allant d’un retrait de 3 points et une amende allant de 90 € à 375 €. Si le casque fait l’ objet de réglementations de ce type, c’ est qu’ elle a été salvateur pour de nombreux motards ayant vécu un accident de la route.

Conclusion

Il faut connaître la norme avant de choisir son casque. Le casque doit être homologué, muni de dispositifs réfléchissants et correspondant votre utilisation de la moto. Si vous circulez en Europe, choisissez la norme européenne, sans jamais oublier de tester le casque. En effet, l’ homologation n’ est pas une norme absolue, le plus important reste le confort du pilote.