Motos-taxi à Paris : un métier à risques

Victime de la grogne des taxis traditionnels il y a de cela quelques années, les services de transport à deux roues tentent de normaliser les transferts à moto. Cette normalisation passe par la professionnalisation du pilote, ce qui n’est pas une mince affaire. En effet, il n’existe que très peu de structures en charge de l’évaluation des pilotes de motos-taxi parisien.

Risque n°1 : critères d’évaluation

Voici les principales critères permettant d’évaluer les performances du pilote taxi qui tente de d’obtenir une carte professionnelle en moto-taxi. La personne désireuse de cette carte professionnelle devra

  • Être majeure, titulaire du permis de conduire A depuis 1 an
  • Etre en bonne condition physique et mental
  • Ne pas faire l’objet d’une instruction judiciaire ou d’une procédure pénale quelconque

Si la personne désireuse de devenir pilote répond à ces critères, il devra se conformer à de nombreux autres. Si ce dernier à un permis de conduire de plus de  3 ans, si ses papiers sont en règle, son équipement ayant reçu l’ aval des autorités tels la DREAL, il peut espérer une réponse favorable de la part de la préfecture en charge de l’attribution du permis de travail.

Si  le candidat a un permis de moins de 3 ans,  il devra passer par un test d’évaluation des capacités physiques et psychiques.

Si tous ces critères ont été vérifiés, il faudra songer aux équipements dont voici les indices qui permettent d’évaluer si, oui ou non, il faudra  songer à faire des réparations ou trouver un autre véhicule. Voici comment évaluer cet état de votre véhicule doit :

  • être immatriculée dans la préfecture ou elle est exploitée, posséder un numéro d’identification attribué par la commune et offrir les garanties en terme de contrôle technique.
  • Posséder les équipements suivants :
  • un réservoir de carburant peint en jaune ;
  • un siège à deux places, conducteur compris
  • deux paires de pose pieds
  • kit de dépannage
  • Eclairage complet, rétroviseurs, signalisation :
  • Freinage fonctionnelmotorcycle-casque
  • Un casque pour le conducteur
  • Un casque pour le passager
  • Sani tête (différent pour chaque client)
  • un pare choc avant et arrière.

 

Risques N°2 : les sanctions

 

La commission consultative  départementale et le ministère de l’intérieur peuvent suspendre le permis de travail pour les raisons que voici :

Usage d’un véhicule sans licence agréée, ou sans assurance valable

Utilisation d’un motocycle frauduleusement acquis

Pilote condamné à une peine privative  aux délits de proxénétisme, à la pédophilie, à la violence sur mineur et à d’autres condamnations répréhensibles. Les pilotes sont soumis à un suivi rigoureux https://www.euromillions-loterie.fr.

Conclusion

Le métier de moto-taxi est évalué selon des indices matériels, comprenant l’état du véhicule et du permis de conduire du  pilote. Les risques subsistent à cause de ce manque de moyens. Afin de renforcer les critères d’évaluation des entreprises de moto-taxi, il faut songer à des indicateurs beaucoup plus précis. D’autant que ces entreprises d’organisent par des plates-formes qui peuvent aisément vous donner les données nécessaires pour ce renforcement des critères d’évaluation.