bus-taxibe

Transport urbain : quand les politiques montent au créneau

Les mobilisations de taxis deviennent un phénomène mondial bien présent en France.  L’ancien pensionnaire de Bercy a appelé à la levée des blocages. Ce dernier a dénoncé les opérations coup-de-poings menés par les taxis. Mobilisés  depuis trois jours, ces professionnels sont décidés à changer le paysage du transport urbain actuel.

Objectif zéro blocage

                A Marseille

Qualifiant d’inacceptable toute solution trouvée dans le blocus, Macron étaient alors en déplacement à Fos-sur-Mer(Bouches-du-Rhône). Le ministre de l’économie a parlé de prise d’otages chez les Français qui travaillent. Il avait par ailleurs proposé une réunion aux taxis, sans obtenir de réponse favorable. Rappelons cette opération à Marignane, ou une cinquantaine de taxis s’est dirigée vers Gardanne. Cette opération à Marseille a permis aux professionnels de se signaler auprès d’un ministre. La politique étant un champ de changements incessants, ces chauffeurs sauront obtenir gain de cause si les événements futurs doivent

  Opérations en Ile-de-France

A Paris, des chauffeurs de taxis ont investi la porte-Maillot. Situé  à proximité du ministère de l’Economie, dans le 12e arrondissement parisien, cet endroit est stratégiquement adapté. Il est emprunté par toutes les entités concernées par le mouvement actuel. Le périphérique parisien a été en partie paralysé par 200 chauffeurs de taxis. Ces derniers Prévoyaient de bloquer provisoirement la porte d’entrée  de l’Elysée. Suite à des négociations avec la police, les grévistes ont quitté les lieux sans effectuer aucun dommage préjudiciable.

Solutions gouvernementales

L’ancien ministre de l’Economie fut attendu au tournant. Dans l’après-midi, une délégation a été reçue à l’Assemblée nationale par des représentants du groupe Front de gauche. Egalement présent lors de la réunion, force ouvrière et le syndicat des taxis indépendants ont par ailleurs souligné que ces négociations n’étaient pas conformes aux attentes des artisans taxis,  même si les objectifs sont louables. Malgré la nomination d’un médiateur, les grévistes refusent de négocier et deviennent moins réceptifs aux propositions des autres parties. Quelques mois après la démission de Macron de son poste de ministre de l’économie, les opérations ont ralentis dans le transport. Ils ont même cessés de manière définitive.

Autre solution : le numérique pour toustaxis

Si l’ancien pensionnaire de Bercy et le responsable de l’application de réservation se sont mis d’ accord sur le travail à réaliser, des doutes persistent. On ne parle pas de volonté politique, mais de faisabilité des choses. Chez un artisan transporteur, il sera difficile de gérer la comptabilité, les déplacements et les clients, ceci, en même temps. Avec une plate-forme de réservation gouvernementale ou indépendante, on pourrait résoudre une grande partie du problème, en quelques clics.  Dans tous les cas, la solution à ce dilemme serait de faciliter l’accès aux informations technologiques pour les professionnels du transport.

Conclusion

Il sera difficile de fournir une assistance numérique pour tous les chauffeurs de transport. En effet, cette assistance permise grâce aux plateformes de réservation est un atout commercial des chauffeurs. La seule solution est d’installer est une libre concurrence grâce à des systèmes technologiques similaires. Avec ce genre de système, les deux parties antagonistes sauront se mettre d’ accord,  car percevront les profits nécessaires.